Né en 1984, vit à Villefranche-de-Rouergue et travaille aussi à Toulouse, actif en milieu sous terrain.

Guilhem se proclame du mouvement “Art Approximatif et Négligé” et ne se considère pas comme photographe à proprement parler. Il utilise le procédé argentique dans le but de distordre l’image. Il s’intéresse de plus près aux procédés du développement argentique en 2005, à l’heure du déclin de cette pratique. C’est aussi cette obsolescence qui l’intéressera d’ailleurs. L’artiste ne néglige pas la prise de vue et le sujet mais s’intéresse plus au lieu et à l’énergie du moment ; expérimente la matière plutôt en laboratoire, dans le noir, au moment où l’image révèle ses secrets.

Il participe ces dernières années à divers projets associatifs autour de l’art, notamment dans l’action consistant à monter régulièrement des labos photos avec la matière sur place récupérée dans ses lieux de vie, collectifs ou non. Basé sur du matériel ne coûtant rien, le procédé du sténopé se présente alors comme une évidence. Avec des amis des Pavillons Sauvages à Toulouse il réalise des tirages de divers “Sténozines” et participe aussi à diverses expositions avec le collectif “bipolaire”. Guilhem Gauguier est plus attiré par l’aspect poétique et aléatoire de l’image que par la technique et la beauté "lissée".


Guilhem est aussi guitariste, bassiste, multi-instrumentiste, soliste, dans : guilh’em all, 75-Bulbes, Mur, Micro-climat, Luxe Box...